Flash Infos >>>>
        

Accueil > ACTUALITE > Vie de star : LE RETOUR DE L’ENFANT PRODIGE DE LA MUSIQUE BENINOISE ,RABBI (...)

Vie de star : LE RETOUR DE L’ENFANT PRODIGE DE LA MUSIQUE BENINOISE ,RABBI SLO

lundi 24 février 2020

Auteur, compositeur ,rabbi slo est un artiste de nationalité béninoise .Il est l’un des artistes les plus populaires du Bénin. Il nous explique tout sur son absence de la scène musicale et nous annonce son come-back à travers une interview exclusive.

- Présentez-vous aux lecteurs

Mon nom d’artiste c’est rabbi slo, à l’état civil Hounwanou Wilfrid fils de boulanger, mère ménagère né à ouidah avec 10 autres frères et sœurs. Je suis artiste musicien auteur compositeur béninois. J’ai à mon actif 4 albums et plusieurs singles.

- Qu’est ce qui justifie ce long silence de Rabbi slo sur la scène musicale ?

La vie a besoin du bruit et aussi du silence et c’est dans le silence que tu découvres qui tu es. J’ai pris du recul pour mieux voir les choses, histoire de perfectionner ma musique. En toute chose, il faut toujours faire une pause pour faire le bilan afin de parfaire les choses qu’on a mal réussi.

- Rabbi slo était l’un des artistes béninois les plus aimés. Mais arrivé à un certain moment Rabbi slo a disparu du pays. D’autres disent qu’il est en France, d’autres disent qu’il est au USA dites nous Rabbi slo est où actuellement ?

Je suis aux États-Unis Unis d’Amérique précisément à New York

- Rabbi slo pense-t-il revenir définitivement au Bénin ?

Oui je reviendrai m’installer au pays. J’aime mon pays le Bénin et l’un de mes projets pour aider la jeunesse de mon pays est d’exposer la culture béninoise loin des frontières natales.

- Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Mes sources d’inspirations sont multiples. Entre autres je peux citer la spiritualité, la nature, les difficultés de la vie, l’amour et la haine ; mon quotidien ainsi que celui de mon entourage. Bref je m’inspire de tout.

- Que pensez-vous de la musique béninoise ?

La musique béninoise continue à évoluer. Il nous manque seulement une identité musicale à exporter au delà des frontières ce qui est l’un de mes projets actuellement. Affaire à suivre (Sourires....)

- Que faites vous de vos temps libres ?

J’en ai pratiquement pas. Le peu de temps libre que j’ai, je le consacre à la méditation ou au sommeil. La vie est très courte et je déteste perdre mon temps.

- Êtes vous un cœur à prendre ?

Je suis en couple. (Riresss)

- Quelles sont vos actualités ?

Beaucoup de bonnes musiques. J’ai plusieurs singles qui tournent en boucle sur les radios et les télévisions du Bénin et dans la sous-région et aussi un peu partout dans le monde.

- Quels sont vos projets d’avenir ?

Je préfère ne rien dire pour le moment. Vous serez informés au moment opportun.
Mais je vous informe déjà qu’il y a beaucoup de surprises qui viennent.

- Un mot à l’endroit de vos fans

Je vous adore. Sans vous il y a pas Rabbi Slo. Je vous ai jamais oublié. Je vous promet de la bonne musique et les belles paroles comme d’habitude. Rendez-vous le 1er Mai 2020 pour une grande conférence de presse à Cotonou au Bénin.
I back now games over. Merci du fond du cœur.

QUI EST RABBI SLO ?

Quand Rabbi revient sur sa vie, il trébuche souvent sur les quartiers animés de ses souvenirs, rempli de joie, de fierté avec un cœur affamé.

Ensuite, il y a d’autre part, la douleur, les erreurs mais quand il se regarde dans le miroir, il y voit quelqu’un de différent : un homme qui a appris des erreurs du passé, un éternel in​satisfait, pas un perfectionniste mais un idéaliste avec un amour profond pour la musique.

Wilfrid Houwanou aka, Rabbi Slo, est un chanteur / compositeur / producteur et artisteaux multiples facettes. Il est né un 21 août 1987 au Bénin à Ouida.

Son arrivée fut un peu dramatique, une blessure à sa naissance l’a presque noyé dans son propre sang. Ce fut la première surprise que la vie lui ait donné avant de commencer sa longue aventure.

Rabbi est le 4 ème d’une famille de 10 enfants. Son père, Peter Houwanou, était boulanger et travaillait sans relâche toute la journée. Ils étaient des parents dévoués comme tant d’autres et n’aspiraient qu’à fournir une bonne et belle vie à leurs enfants.

Il vivait dans une petite maison de 2 chambres, à 12 personnes sans confort ni sanitaires.

Les choses ont été un peu mouvementées et chaotiques pour être précis, mais la mémoire sucrée des passions de l’enfance avec le zèle et la faim pour réussir, transforme la mémoire la plus frénétique en force et prouve que les débuts ne comptent pas autant que le fin.

Il vient d’un endroit où on avait l’habitude de se demander pourquoi les crayons, les stylos et les chaussures étaient un luxe. Pour aller à l’école, tous les jours il devait marcher plus de 20 km sous un soleil torride et sans chaussures. Pour éviter que ses pieds ne soient blessés par le sol brûlant, il suivait l’ombre des arbres.

Sa famille avait l’habitude de manger uniquement une seule fois par jour et sa mère trouvait toujours la solution pour préparer cet unique repas qui était le meilleur moment de la journée.

Son frère aîné cependant, trouvait le moyen de l’en priver. Il avait l’habitude de manger les 2/3 des plats servis. Rabbi se souvient de s’être battu avec lui pour cette raison et aujourd’hui il le regrette. S’il était encore en vie, il lui dirait que tout va bien maintenant et qu’ils pourraient tous avoir leurs propres assiettes sans plus jamais se battre pour la nourriture.

Le Voodoo fait partie de la culture du Bénin. C’est la croyance que nous sommes le miroir de l’âme des autres. Les rituels sont des éléments clés dans les cérémonies vaudou où la danse, le chant et les percussions sont une expression de notre relation avec le divin et le monde des esprits.

Être séduit par les sons mystérieux des rites sacrés était inévitable pour Rabbi. Il se réveillait au milieu de la nuit, ravi par les chants vaudous venant au loin des temples.
Il appréciait ce message envoyé par la musique et faisait tout pour la comprendre et l’apprendre.

Des années plus tard, en l’an 2000, Rabbi eu la reconnaissance avec son deuxième album « Djobe ». Il devint l’un des artistes le plus reconnu de son pays, la République du Bénin. Il fit de nombreuses tournées nationales, africaines et européennes et pensait que tout allait pour le mieux mais le destin avait d’autres plans...

Rabbi est une de ces personnes qui ont une voix intérieure très forte et ingérente. Elle le hantait chaque jour, lui rappelant que les décisions qui changent la vie en mieux, sont toujours pleines de sacrifices.

En 2004, Rabbi décida de quitter son pays pour s’installer aux États-Unis d’Amérique.
Ce fut une décision difficile qui lui a demandé beaucoup de courage et de motivation.
Il est tellement agréable d’avoir des rêves et des aspirations que d’avoir la chance de les nourrir par son travail est la meilleure récompense que l’on puisse obtenir.

Rabbi pense qu’il assume ce challenge tout en progressant avec un esprit généreux.
Parfois, vous avez à faire ce qui est le mieux pour vous. C’est exactement ce qu’a fait Rabbi, bien qu’il n’ait pas encore atteint ses objectifs, il a beaucoup appris sur lui - même et la magnificence de l’esprit humain toujours résilient. Il croit que les rêves sont le langage des dieux où ils tiennent une place importante et se reflète en priorité dans son travail.

La vie au Bénin n’a pas été facile pour Rabbi mais il aime son pays qui ne peut jamais changer. Toutefois, le Bénin a enseigné à Rabbi l’importance de la reconnaissance.
Sa période d’écolier a été riche en événements mais très douloureuse aussi. C’était une vie difficile pour un enfant mais l’événement qui lui fit le plus de mal fut l’humiliation qu’il subit lorsque que son père n’eut plus assez d’argent pour payer les frais de scolarité.

Tous les jours suivants c’était la même rengaine ce qui amena Rabbi à redouter d’aller à l’école. Il estimait qu’elle lui enlevait la seule chose qu’il avait encore : son orgueil, son amour propre...

Heureusement, la musique avait du sens pour Rabbi. Dès son plus jeune âge, c’était la seule chose qu’il ressentait profondément. Dieu merci, il avait une radio que son frère disparu lui avait laissé. Pour l’écouter, il devait partir à la recherche de nombreuses piles usagées dans les décharges de la ville et les utiliser pour alimenter cette radio.

Il se sentait privilégié de pouvoir écouter les dernière musiques à la mode sur cette vieille radio AM où il entendait tant de genres de genre de musiques différentes.
Un chapitre de sa vie a pris fin quand il a quitté Bénin. Certainement un nouveau départ, une chance de rêver encore plus grand...

AVOKANZOUNNON Olseema Marius

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Newsletter

 

ESAETV.BJ