Flash Infos >>>>
        

Accueil > ACTUALITE > Supposée tension pour les législatives 2019:La police républicaine rassure le (...)

Supposée tension pour les législatives 2019:La police républicaine rassure le peuple

vendredi 26 avril 2019

PAR Claude ALOFA
Supposée tension pour les législatives 2019
La police républicaine rassure le peuple

La police républicaine s’active pour une élection législative sans trouble. Le général Nazaire Hounnonkpè a sillonné quatre départements ce mercredi 24 avril 2019 pour instruire les différentes unités de police sur les approches communes à adopter pour sécuriser le scrutin sur l’ensemble du territoire national. Un communiqué de la direction générale de la police républicaine vient rassurer le peuple Béninois ce jeudi 25 avril 2019.

Le communiqué du directeur général de la police républicaine est sans appel. Il n’y aura pas de trouble au Bénin ce dimanche 28 avril 2019, ni avant le scrutin ni au cours des votes ni après le vote. Le communiqué demande à chaque Béninoise et à chaque Béninois de se rendre aux urnes pour accomplir dans la discipline son devoir citoyen.
Mais bien avant ce communiqué de ce jeudi 25 avril 2019, les chefs d’unités de la police républicaine des départements du Borgou, de l’Alibori, de l’Atacora et de la Donga se sont rendus ce mercredi 24 avril 2019 à Parakou où ils ont tenu une séance de travail avec le directeur général de la Police républicaine, le général Nazaire Hounnonkpè. L’occasion leur a permis d’échanger et de convenir d’une approche commune, dans le cadre de la gestion sécuritaire des législatives du dimanche 28 prochain. « Par rapport à la tension dans laquelle le scrutin veut se dérouler, la police doit jouer son rôle. Celui de garantir la paix et la sécurité des personnes et de leurs biens, ainsi que la protection des institutions et installations de l’Etat », a indiqué le général Nazaire Hounnonkpè.
« Il faut définir et peaufiner les stratégies pour ne pas être débordé », insiste le DGPR pour que l’objectif de pacification de ces législatives soit atteint. Les chefs d’unités ont profité de la séance pour mieux cerner l’esprit et la lettre des articles 238, 239 et 240 du Code pénal. Ce sont ces articles qui encadrent toutes les formes de manifestations. « Lorsque le législateur prend des dispositions, il revient à la police de les faire respecter », a précisé Nazaire Hounnonkpè.
Outre la lecture des trois articles suscités, les commissaires ont également eu droit à celle de l’article 3 de la loi portant création de la Police républicaine. « Chaque individu a le droit d’avoir sa conviction politique, mais au plan professionnel, nous avons des obligations professionnelles auxquelles nous ne saurions déroger. Votre conviction politique personnelle ne doit pas empiéter sur vos obligations professionnelles », a fini par reconnaître Nazaire Hounnonkpè, en s’adressant aux chefs d’unités et en les appelant tous donc au professionnalisme.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Newsletter

 

ESAETV.BJ